Dans son édition d’Octobre 2019, le magazine African Aerospace publie un interview d’Alain Tchale, notre directeur Business Development et Stratégie.

Ce numéro peut être consulté gratuitement sur le site d’African Aerospace.

Vous pouvez également télécharger le magazine au format PDF

OU

Vous pouvez télécharger l’article seul en format PDF

 

Voici également une retranscription de l’article (en français) :

Quelle est l’activité d’Eways Aviation ?  Vous êtes basé à Paris, mais votre compagnie travaille majoritairement en Afrique. Quels services proposez-vous ?

Eways Aviation propose des services à destination des acteurs du secteur aéronautique en Afrique et au Moyen Orient. Pour l’aviation commerciale, nous proposons des pièce détachées (PMA et OEM), des services MRO, du leasing, des prestations d’aménagement d’intérieur pour les avions, du wifi embarqué,… Nous proposons également des jets privés pour les sociétés et de l’équipement pour les aéroports.

Nous sommes à présent au coeur du marché africain et proches de nos clients grâce à notre nouveau bureau à Marrakech. Notre but a toujours été de fournir le même niveau de qualité, de rapidité en termes de livraisons que partout ailleurs dans le monde. Il n’y pas de raison pour que l’Afrique se contente d’un service de seconde zone, et ce sur quoi nous travaillons. Nous sommes heureux de travailler avec des clients avec de fortes exigences. Notre mission c’est d’y répondre.

Voyez-vous l’avion d’affaires croître en Afrique, et pourquoi ? 

Les entreprises ont besoin de voler, sans encombres, sur tout le continent, d’aller d’une capitale ou d’une grande ville africaine à une autre. L’économie africaine en a besoin. L’ensemble du continent en bénéficiera, et non juste quelques pays. On ne le dit pas assez mais l’aviation peut être nettement moins chère que la route pour de longues distances. Les routes à voies rapides sont chères à construire et à entretenir. L’aviation est bien plus flexible et peut s’adapter à la réalité changeante du trafic entre deux destinations.

Quels sont les challenges d’une entreprise qui travaille en Afrique ? 

Quand vous travaillez en Afrique, vous devez être bien informés des réalités locales et capables de vous adapter aux nouvelles situations. Nous adaptons notre façon de travailler aux difficultés opérationnelles liées aux facteurs culturels qui compliquent la fluidité des échanges professionnels.

Notre connaissance des aspects culturels et géo-stratégiques nous fait gagner beaucoup de temps car nos efforts et notre énergie sont concentrés sur l’essentiel : fournir un service rapidement, avec efficacité et au meilleur prix.

Pourquoi le continent africain est important pour vous ? 

L’Afrique lutte pour construire une économie forte et les pays doivent travailler ensemble. Il y a toujours de nombreux obstacles mais je ne doute pas un seul instant que ce siècle sera africain. Et je suis convaincu que le déploiement de l’aviation sur l’intégralité du continent est un support essentiel et un facteur clé au développement et au succès de l’Afrique. A ce sujet, je pense que nous seront tous d’accord pour affirmer que le marché unique du transport aérien en Afrique (SAATM) est une opportunité inédite pour l’avenir du continent. Et à ce jour, déjà 28 pays ont signé l’accord. Donc, je suis heureux de dire en tant que directeur dans le secteur aéronautique que j’ai toutes les raisons de croire que le futur de l’aviation est en Afrique.

C’est quoi une journée type pour vous?  Voyagez-vous en Afrique pour superviser des projets ?

Ma journée type c’est d’être disponible pour nos équipes, qu’elles soient basées à Paris, Miami, Dubai or Marrakech. Je me rends souvent en Afrique pour rencontrer des prospects ou des clients, tâter le pouls du marché, renforcer nos relations avec des clients, superviser nos opérations en Afrique et pour participer à différents événements aéronautiques.

Nous avons inauguré notre présence en Afrique en ouvrant des bureaux à Marrakech l’année dernière. C’est un pas très important pour nous. Nous croyons très fort que pour travailler efficacement en Afrique, il faut avoir une présence physique continue sur place.